Question à l'association

CONSEIL MUNICIPAL de BOUGUENAIS, jeudi 13 février 2020 : Projet Colas abandonné ?

Par Sébastien P.

QUESTION d’une habitante de la Couillauderie :

Bonjour, 

J’ai échangé hier avec une personne de l asso Sud Loire Avenir qui est très investi dans les projets économiques du Sud Loire.  Elle me dit que le projet Colas est abandonné et que ce sera des entreprises « propres » qui seront autorisées à s installer sur cette zone. Avez-vous des échos dans ce sens ?

Madame I (de la Couillauderie)

REPONSE de L’ASSOCIATION :

Bonjour Madame I,

Le projet Colas est malheureusement toujours d’actualité.

Colas a déposé un premier PC relatif à la centrale d’enrobé fin Octobre qui a été retiré fin janvier avant la fin du délai d’instruction de 3 mois. 

Le 20 décembre Colas a fait déposer via son contractant général (promoteur/constructeur) Onze Promotion un PC relatif aux bureaux et aux ateliers.

Le 06 février, un nouveau PC pour la centrale d’enrobé a été déposé….

Le zonage UEi, Zone Industrielle est lui aussi d’actualité : on peut donc à tout moment y mettre n’importe quelle usine susceptible de provoquer des nuisances et/ou à risque. 

La révision du zonage ne pourra intervenir qu’en 2021, sous réserve qu’il soit demandé par la commune : les mairies de Bouaye et de Saint Aignan ne peuvent interagir 

Par contre, nous savons depuis jeudi soir, conseil municipal du 13 février, par Madame la Maire de Bouguenais, que :

– la mairie va demander à Colas de retirer ses deux permis de construire au prétexte qu’aujourd’hui les projets d’installation, tels que présentés par Colas, de ces ateliers et de cette centrale, à proximité de l’Université Gustave Eiffel (ex-IFSTTAR) engendrerait des nuisances  incompatibles avec leurs activités de recherche.

– L’Université Gustave Eiffel ne souhaiterait pas déménager mais concentrer ses activités sur une partie du terrain actuel pour libérer de la place et accueillir des entreprises innovantes.

– La mairie souhaite revoir le classement du zonage sous réserve que celui-ci ne soit pas un frein au développement de l’Université Gustave Eiffel

C’est une belle avancée mais pas encore une victoire.

– Enfin, le texte voté au Conseil Municipal jeudi soir est un vœu et non une motion : Légalement Colas n’est pas obligé d’accéder à la demande du maire,

– Il n’y a pas d’engagement ferme de l’Université Gustave Eiffel sur ses projets à court, moyen et long terme

– L’Université Gustave Eiffel n’est pas propriétaire. C’est l’état qui gère ces terrains et qui est libre de vendre n’importe quelle parcelle, n’importe quand et à n’importe qui. 

C’est ce qui s’est passé en 2014 avec le terrain des Phares et Balises (vendu à Nantes métropole et promis en 2018 à Colas) et le terrain d’en face promis lui aussi à Colas par l’Etat la même année.

– Installer une telle unité de fabrication sur ce terrain est tout à fait légal aujourd’hui.   

Nous espérons avoir répondu le plus précisément possible à votre question.