Notre combat

Zone d'implantation

Le projet de la société Colas est de regrouper sur le site de l’Université Gustave Eiffel (ex IFSTTAR) ses bureaux actuellement situés à Trentemoult ainsi que l’unité de production de bitume actuellement située à Bouguenais, Carrière des Maraîchères et datant de 1978. Pour plus de détails, voir l’article de Ouest France du 30 septembre 2019.
Ce regroupement ne génèrera aucun emploi supplémentaire

Il y a 45 ans lorsque l’usine s’est installée dans la Carrière, aucune étude n’avait été effectuée sur l’impact de des fumées sur la santé et l’environnement. Peu de personnes habitaient à proximité. La population s’est ensuite densifiée autour de l’usine et a subi les nuisances telles les odeurs, le bruit, les poussières et les risques sanitaires liés aux particules. 

En 2020, les connaissances scientifiques relatives aux fumées issues des usines de bitume sont suffisamment avancées pour que nous alertions sur le respect du principe de précaution concernant la santé et l’environnement des riverains que ceux-ci se situent Carrière des Maraîchères ou sur le site de l’université Gustave Eiffel, précédemment nommé IFSTTAR.

Le lieu choisi pour l’implantation est particulièrement remarquable au niveau de sa biodiversité, de ses zones humides, de sa forêt de 780 hectares, de ses maraîchages biologiques en bordure de terrain, de ses villages patrimoniaux alentours et de la présence, à quelques minutes, du Lac de Grandlieu, la plus grande réserve ornithologique de France après la Camargue, lac classé Zone Natura 200 et protégé par la loi Ramsar et la Loi Littoral.

Bien que le dossier technique ICPE, de par sa qualité, ses caractéristiques environnementales et le respect de la réglementation soit acceptable, la cheminée de 30 mètres de haut va rejeter des poussières, du monoxyde de carbone, de l’oxyde de soufre, des COV : Composés Organiques Volatiles et notamment des Formaldéhydes. Mais aussi des hydrocarbures qui vont être chauffés et qui vont dégager des HAP : Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques de type Benzo[a]pyrène, Naphtalène, etc, produits classés « susceptibles de provoquer le Cancer » par l’INRS, mais aussi des métaux lourds : arsenic, cadmium, chrome, cuivre etc.

Bien qu’émises en quantités réglementaires :

  • Quel effet cumulatif de ces particules industrielles sur les sols, l’eau, la faune et la flore, la santé humaine à court, moyen et long terme ? Aucune étude n’existe sur l’effet additionnel dans le temps.
  • Quel « effet cocktail » de ces particules associées avec celles déjà abondantes dans cette zone
    • de trafic aérien générateur de pollutions (kérosène et autres particules classées également cancérigènes, HAP, métaux lourds…), trafic dont nous savons qu’il va s’intensifier
    • de circulation automobile (gaz d’échappement), laquelle va s’intensifier avec les 45 rotations quotidiennes des camions de l’usine.
  • Quelles garanties face au risque d’accident industriel ? Cette usine est classée ICPE, c’est-à-dire « susceptible de créer des risques ou de provoquer des pollutions ou nuisances, notamment pour la sécurité et la santé des riverains. » DREAL Pays de la Loire.
    Avons-nous les moyens de nous prémunir et nous protéger ?
  • Quel effet cumulatif en cas d’implantation d’autres usines sur ce site classé UEi dans le PLUM ? C’est-à-dire un site dédié aux usines « susceptibles de générer des risques ou des nuisances. » Définition UEi PLUM

     

QU’EN EST-IL DU PRINCIPE DE PRECAUTION ?

Future zone industrielle

Documents

01

1 Plan de zonage du PLUM

2 Carte interactive du PLUM

3 mémo zonage du PLUM

Plan de situation

Carte autour de la zone

Carte interactive Google